Mise en place d’un espace « tiers-lieu » avec l’association « D’Azun aux Autres » à AUCUN (65)

Le comité de pilotage de lancement du 16 septembre 2020 a été l’occasion pour Corinne Galey, maire d’Aucun et pour l’association « d’Azun aux autres » de faire visiter les locaux et de présenter les activités.

Le projet de tiers-lieu sur la commune d’Aucun est né de rencontres entre d’un côté des habitants qui avaient des projets d’activités et d’un autre côté la municipalité d’Aucun qui souhaitait trouver une autre affectation que des logements dans les locaux de l’ancienne école, situés à côté de la mairie.

En mars 2019, une première rencontre publique, ouverte aux habitants du territoire, est organisée par la mairie d’Aucun. Le concept collaboratif de tiers-lieu est présenté, les souhaits et besoins des habitants sont identifiés. Une trentaine d’idées sont émises et quatre axes prioritaires sont dégagés, avec une volonté collective de complémentarité avec l’existant sur le territoire.

Après présentation et validation par le conseil municipal du projet de tiers-lieu, des rencontres régulières sont organisées. Trois activités à lancer en priorité sont validées : 

- un café associatif ;

- une épicerie solidaire avec la mise en place d’un Groupement d’Achat Service Epicerie (GASE), forme d’épicerie associative ou coopérative reposant sur le principe du circuit court de distribution alimentaire avec des produits secs, en vrac, en grande quantité, en bio et locaux ; 

- un lieu de rencontre intergénérationnel et citoyen avec un projet futur d'Espace de Vie Sociale.

En octobre 2019, l’association « d’Azun aux autres » est constituée.

Fin 2019, le tiers-lieu d’Aucun est le premier espace de ce type sur le territoire des Vallées des Gaves. Une de ses particularités est de compléter l’espace de coworking créé par la mairie fin 2018 (en septembre 2020, il accueille 2 auto-entrepreneurs permanents et 3,4 occasionnels auxquels se sont ajoutés durant l'été des vacanciers en recherche d'un lieu de travail ponctuel).

L’accompagnement ADEPFO a été sollicité par le conseil collégial de l’association « D’Azun aux Autres », soutenu par la municipalité d’Aucun.

L'’accompagnement doit permettre de définir et mettre en place un modèle économique spécifique au lieu et au territoire. Les objectifs sont de créer un emploi à temps partiel, consolider une dizaine d’emplois locaux et dynamiser la commune et le territoire par la mise en place d’un lieu multi-activités et intergénérationnel.

Ce projet reflète le dynamisme des jeunes arrivants sur le territoire. Il a également permis de fédérer des acteurs publics, privés et associatifs autour d’un projet co-construit répondant aux attentes des populations locales, comme en témoigne le comité de pilotage ADEPFO associant de multiples partenaires.

 

Facebook : tierslieuvaldaz

Site internet : https://www.aucun-pyrenees.fr/tiers-lieu

 

Photos du comité de pilotage de lancement du 16 septembre 2020 à la mairie d'Aucun

 651995 1

La réunion s'est déroulée en présence notamment de Chantal Robin-Rodrigo, Conseillère départementale des Hautes-Pyrénées, de Corinne Galey, maire d'Aucun et Présidente du Comité de pilotage ADEPFO, accompagnée de deux conseillers municipaux (de droite à gauche).

651995 2

Les activités proposées par le Tiers-lieu ont été mises en scène par les stagiaires et présentées sous forme de saynètes.

651995 3

Suite à la présentation des activités, il a été proposé un tirage au sort de bons ludiques en lien avec les activités du Tiers-lieu.

Développement de la filière cactées à Banyuls sur mer (66)

Au cours des 30 dernières années, l’ADEPFO a accompagné à plusieurs reprises Patricia BARTHAS autour de son activité de confection de confitures à base de figues de barbarie.

Aujourd’hui, un groupe s’est structuré autour d’elle, avec le projet de diversifier les produits issus de cette ressource : confitures, raquettes fraiches et jus frais. Leur projet prévoit aussi de développer des circuits touristiques pour faire découvrir cette plante caractéristique de cette région maritime.

Deux épiceries "l'Arbre blanc" et "La Roumaguère" se sont également associées au projet et commercialisent déjà les confitures de figues de barbarie.

95 figue barbarie

Sur la photo ci-dessus : Patricia BARTHAS initiatrice du projet, Michel MURO directeur de l'ADEPFO, Jérôme CANOVAS viticulteur, M et Mme DELMAU propriétaires de l'épicerie "la Roumaguère ».

LANCEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES ACTIVITÉS DE LA RECYCLERIE DE BAGNÈRES-DE-BIGORRE (65)

Une dizaine d’acteurs socio-professionnels, aux compétences et parcours variés et complémentaires, la plupart engagés dans des actions liées aux déchets et à l’environnement, se sont fédérés entre 2017 et 2018 autour du projet de recyclerie à Bagnères-de-Bigorre. Ensemble, ils ont créé l’association « Seconde vie » en mai 2019.

Dès septembre, une Convention d’objectifs et de moyens entre la CCHB et l’association « Seconde Vie » est adoptée à l’unanimité en Conseil Communautaire, pour l’utilisation de deux locaux pour l'activité « boutique » et l'activité « stockage ». La recyclerie entre en activité fin 2019.

Un accompagnement par l’ADEPFO est sollicité par le collectif porté par l’association « Seconde Vie » afin de les aider à mettre en place les conditions de viabilité économique de la recyclerie, en tenant compte des premiers mois de fonctionnement. L’objectif est de construire un modèle économique viable, en lien avec les politiques menées par la commune de Bagnères-de-Bigorre et la CC de la Haute-Bigorre.

A terme, ce projet devrait permettre la création d’un emploi et la consolidation de 3 à 5 emplois indirects.

Le comité de pilotage de lancement a eu lieu le 30 juin 2020.

 65985 RecyclBagneres300620P1040779CE Mercier 070820

Beaucoup de personnes s'étaient déplacées pour la visite du container et l’espace mis à disposition à la déchetterie de Bagnères par la CC de la Haute-Bigorre et la commune. Outre l'ADEPFO et les membres de l'association "Seconde Vie", étaient présents des représentants de l'État et de la Région Occitanie, du PETR Coeur de Bigorre, de la DIRECCTE, d'Ad'Occ, de la FrenchTech 65, également l'attaché du député Jean-Bernard Sempastous, le maire de Bagnères-de-Bigorre, ainsi que Jacques BRUNE, Président de la CC de la Haute Bigorre et Président du copil de l'ADEPFO.

65985 RecyclBagneres300620P1040781CE Mercier 070820

 65985 Recycl Bagneres300620ADEPFOCE Mercier070820P1040788

65985 Recycl 65300620P1040789CE Mercier 070820

65985 RecyclBagneres300620P1040802CE Mercier 070820

Visite de la boutique/magasin.

Disparition de Bernard PRIEUR, fervent défenseur d'une agriculture raisonnée

Dans les années 70, Bernard Prieur et sa femme Martine ont quitté Paris pour s’installer dans les Pyrénées et se lancer dans l’élevage. À partir de là, il n’a eu de cesse de promouvoir la production locale et de défendre des produits de qualité à des prix raisonnables.

 En 2008, il fait appel à l’ADEPFO pour mener une réflexion afin de valoriser les productions locales. De cette réflexion est née l’association « Paysans des Baronnies ». Elle milite pour que les viandes ovines et bovines des Baronnies soient commercialisées au moyen des circuits-courts de distribution.

 Les producteurs de la vallée décident des prix en accord avec les distributeurs, une forme de commerce équitable appliqué aux éleveurs locaux des Baronnies permet de maintenir une agriculture durable, créatrice de campagnes vivantes.

 Un autre projet cher à Bernard Prieur : le développement d'une « école des consommateurs ». Dans le cadre de l'association Paysans des Baronnies, il propose des conférences pour des consommateurs sensibles au bon sens et à l'équilibre « de la fourche à la fourchette ».

 Son engagement pour le développement du territoire ne s’est jamais démenti. Très récemment encore, il a répondu présent à la sollicitation d’un couple pour la réouverture de la boucherie de La Barthe-de-Neste, fermée depuis un an et demi.

 Il ne fait aucun doute que sa disparition laissera un grand vide.

Structuration de l'association nationale du cheval Castillonnais d'Ariège Pyrénées (09)

Comité de pilotage de clôture du 7 février 2020 d'une action de formation-développement qui accompagne l'organisation et la structuration de l'association nationale du cheval Castillonnais d'Ariège Pyrénées.

 Petit cheval rustique originaire des Pyrénées, et plus précisément de la vallée du Biros au sud-ouest de l'Ariège, le cheval Castillonnais est reconnu par les haras nationaux depuis 1996. Peu connu, ce cheval montagnard reste souvent confondu avec son voisin immédiat, le cheval de Mérens.

 L'association nationale du cheval Castillonnais d'Ariège Pyrénées a été créée en 1992, la race est reconnue par les haras nationaux 4 ans plus tard et compte aujourd'hui 41 adhérents. Cependant, elle compte encore trop peu de naissances et ses éleveurs sont vieillissants. Elle a donc besoin d'augmenter ses effectifs et de structurer ses éleveurs.

C'est pourquoi l'Association entend aujourd'hui intensifier ses actions de valorisation d'un patrimoine local en mettant en avant les atouts et aptitudes de la race, tout en assurant des compléments de revenus pour les éleveurs. L'ADPFO accompagne une démarche visant à structurer le projet collectif et à définir un plan d'action pour les années à venir .

09 952

Étaient présents pour ce comité de pilotage, de gauche à droite : Fabienne AUDOUIN CARAYOL, Fabrice BOURRIANNE et François GUAMIS, membres de l'ANCCAP, Christine TEQUI - présidente du CD 09, Daniel LASAYGUES -CER FRANCE, François-Xavier LABORDE - CRA Occitanie, Laurent LEVAYER - président de l'ANCCAP, Amandine PARISI - SFET, Gérard DUPUIS - Conseil des Équidés en Occitanie, Christelle RECORD - CA 09, Laure LETARD - PNR Pyrénées Ariègeoises, Michel MURO - directeur de l'ADEPFO. 

Née en 1981, l'ADEPFO a mis en place dans les Pyrénées un système innovant de formation-développemen sous forme d'un accompagnement aux porteurs de projet avec un appui technique, pédagogique et financier d'une part, et d'autre part le soutien d'acteurs territoriaux via la constitution d'un Comité de Pilotage.

Cette formation non-diplômante consiste à accompagner les porteurs de projet tout au long de la création de leur activité, en les aidant dans la définition de leur projet et de leurs besoins, ainsi que dans le choix de leurs formations et des recherches de financement.

Pour cela, un conseiller en Formation-Développement (ou pilote éducatif) va évaluer les chances de réussite du projet et vérifier sa conformité avec les politiques plus générales de l'Europe, de la France et de la Région concernée. Le conseiller va rechercher ensuite dans la micro-région des personnes représentatives, regroupées au sein d'un Comité de Pilotage ou Groupe d'Appui au projet, qui soutiendront le projet et lui confèreront sa légitimité territoriale favorisant une meilleure insertion locale.

Il détermine les compétences nouvelles à acquérir et effectue un travail complet d'ingénierie (pédagogique et financière). Il choisit ensuite les consutlants-formateurs adaptés au projet.

Ces formations permettent d'implanter des activités totalement en adéquation avec le tissu économique local, d'où l'intérêt d'en étudier les contenus, afin d'en faire ressortir une première caractérisation des activités dans le massif pyrénéen.