Disparition de Bernard PRIEUR, fervent défenseur d'une agriculture raisonnée

Dans les années 70, Bernard Prieur et sa femme Martine ont quitté Paris pour s’installer dans les Pyrénées et se lancer dans l’élevage. À partir de là, il n’a eu de cesse de promouvoir la production locale et de défendre des produits de qualité à des prix raisonnables.

 En 2008, il fait appel à l’ADEPFO pour mener une réflexion afin de valoriser les productions locales. De cette réflexion est née l’association « Paysans des Baronnies ». Elle milite pour que les viandes ovines et bovines des Baronnies soient commercialisées au moyen des circuits-courts de distribution.

 Les producteurs de la vallée décident des prix en accord avec les distributeurs, une forme de commerce équitable appliqué aux éleveurs locaux des Baronnies permet de maintenir une agriculture durable, créatrice de campagnes vivantes.

 Un autre projet cher à Bernard Prieur : le développement d'une « école des consommateurs ». Dans le cadre de l'association Paysans des Baronnies, il propose des conférences pour des consommateurs sensibles au bon sens et à l'équilibre « de la fourche à la fourchette ».

 Son engagement pour le développement du territoire ne s’est jamais démenti. Très récemment encore, il a répondu présent à la sollicitation d’un couple pour la réouverture de la boucherie de La Barthe-de-Neste, fermée depuis un an et demi.

 Il ne fait aucun doute que sa disparition laissera un grand vide.

Née en 1981, l'ADEPFO a mis en place dans les Pyrénées un système innovant de formation-développemen sous forme d'un accompagnement aux porteurs de projet avec un appui technique, pédagogique et financier d'une part, et d'autre part le soutien d'acteurs territoriaux via la constitution d'un Comité de Pilotage.

Cette formation non-diplômante consiste à accompagner les porteurs de projet tout au long de la création de leur activité, en les aidant dans la définition de leur projet et de leurs besoins, ainsi que dans le choix de leurs formations et des recherches de financement.

Pour cela, un conseiller en Formation-Développement (ou pilote éducatif) va évaluer les chances de réussite du projet et vérifier sa conformité avec les politiques plus générales de l'Europe, de la France et de la Région concernée. Le conseiller va rechercher ensuite dans la micro-région des personnes représentatives, regroupées au sein d'un Comité de Pilotage ou Groupe d'Appui au projet, qui soutiendront le projet et lui confèreront sa légitimité territoriale favorisant une meilleure insertion locale.

Il détermine les compétences nouvelles à acquérir et effectue un travail complet d'ingénierie (pédagogique et financière). Il choisit ensuite les consutlants-formateurs adaptés au projet.

Ces formations permettent d'implanter des activités totalement en adéquation avec le tissu économique local, d'où l'intérêt d'en étudier les contenus, afin d'en faire ressortir une première caractérisation des activités dans le massif pyrénéen.